Gérard LORIDON…une vie de scaph…

Gérard LORIDON naît tout simplement le 13 Novembre 1933 à Boulogne Billancourt banlieue parisienne dont il conservera toujours un brin d’accent.
Rien ne le prédispose à la conquête du monde sous-marin, car il mettra 7 années pour apprendre à nager. Seules, peut être, les gènes de ses ancêtres vénitiens peuvent expliquer la passion qu’il découvre vers 16 ans, pour la pêche sous-marine, sport tout nouveau, que lui inculque en Corse Robert LAURENT, son prof’ de judo.
Pap 2 77
Adepte du scoutisme au sein des Eclaireurs de France, il entre au Clan Claude Sommer, où l’on pratique la plongée, spéléo d’abord et marine ensuite. Le clan Claude SOMMER est dirigé d’une main ferme par André GALERNE.
La bande d’ados à qui il a fait découvrir cette passion ne veut plus entendre parler d’une autre activité. Galerne sollicité par EDF va donc créer la SGTMF, entreprise de travaux sous-marins en scaphandre autonome où Gérard LORIDON va adhérer, avec la fougue et la hargne que GALERNE, un pédagogue de l’époque, leur a enseigné.

Et la grande aventure commence, achat et installation du siège social, une péniche ou Gérard, reprenant son premier métier de menuisier, mettra en place, les planchers, les portes et autres châlits.
Il est loin d’être le plus costaud de cette équipe, mais sans doute le plus volontaire et André GALERNE va l’emmener avec lui en Février 1954, pour faire un film, au Mexique, sur les pêches des crevettes.
Ils seront certainement les premiers plongeurs en Mer de Cortez (Golfe de Californie)
Le 1er Novembre 1954, il est appelé sous les drapeaux et remplira avec joie et fierté, ses devoirs militaires, dans la Marine Nationale, au GERS.
Pap O2 avatar
Il servira sous les ordres d’officiers prestigieux, le Cdt Philippe TAILLIEZ, et surtout le Cdt René CHAUVIN et le Pharmacien Chimiste Principal René PERRIMOND TROUCHET. Il va participer à la mise au point du DC 55 et de l’Oxygers.  Il y effectuera aussi de nombreuses plongées aux côtés de Frédéric DUMAS.
En Mars 1957, libéré de ses obligations militaires, il rejoint la SGTMF, devenu SOGETRAM. Galerne va lui faire faire les essais de son aile marine et l’enverra à St Malô pendant 1 an travailler aux cotés de Mr l’Abbé GRAINDOR sur les recherches géologiques des assises du futur barrage du Mt St Michel.
Il quitte Sogétram en fin d’année 57 pour créer une entreprise dans le Var avec 2 autres plongeurs, la SUBA, qui va devenir l’ETIM (Entreprise de Travaux Immergés du Midi) et par la suite la SERMAR, dont il est le Directeur Général. Il va parfaire ses connaissances en travaux publics sous-marins. Connaissances qui lui sont inculquées par mr Jean MOURROUX, directeur d’une grande entreprise de travaux maritimes l’EITP. Il travaillera sous le contrôle de son ami FRED, Alfred Coste, l’expert des Ponts et Chaussées Maritimes de TOULON. L’époque est à la propreté des plages et au…bétonnage de la Côte.
Il faut mettre en place des stations d’épurations et des émissaires en mer. Sponsorisé par les Ets BROSSETTE, fournisseur de tubes PVC, il va mettre au point un brevet de fixation, de lestage et de protection de ces tubes immergés qui font souvent plus d’un Kilomètre. Aidé par le directeur régional de cette entreprise Mr JULLIARD, par le représentant de Gaillon, Mr Paul ANDRE, il va obtenir 80 % des marchés d’émissaires en mer du littoral méditerranéen français.
Aussi pendant cinq années son entreprise va tourner au maximum de son personnel sur le projet du Gazoduc d’AFN. Il va y rencontrer le premier cinéaste professionnel sous-marin, Michel ROCCA qui deviendra et reste encore son grand ami corse.
A 41 ans, il épouse en justes noces, Danièle, Violette, Andrée DOUSSON, une jolie Cévenole, sa cadette de douze années. Ils vont partir en CORSE, pour créer, dans leur maison de Pianotolli, un accueil touristique de chambres et tables d’hôtes. Mais, les évènements devenant la même année explosifs, ils seront de retour sur le continent 3 ans plus tard ; Ils auront vécu dans cette île de rêve au milieu de leurs amis corses des aventures trop longues à raconter ici, et ne voulant pas oublier ils reviendront souvent dans cette île que les Grecs appelaient  » KALLISTE  » la merveilleuse.

Gérard LORIDON, va retrouver ses origines professionnelles en devenant chef des équipes de visite d’ouvrages dans différentes entreprises. Ce métier, il l’a appris avec GALERNE, qui lui faisait visiter en 1953, les ponts de Paris SNCF et Ponts et Chaussées et grâce à ses connaissances il va pouvoir dans cette spécialité finir ainsi une carrière commencée 42 ans plutôt.

Entre temps, il aura passé deux ans à COMEX-PRO, comme responsable commercial France Sud. Et procéder aux essais de différents type de matériel de cette grande entreprise .
Prenant une retraite, justement méritée, à 60 ans, son dynamisme est intact, il va faire partie de l’équipe fondatrice de SCAPH’50 et devenir le créateur et rédacteur de SCAPH’50-Infos.
Retrouvant des amis plongeurs Démineurs, il va adhérer à leur amicale et créer là aussi un bulletin interne auquel il donnera le titre  » l’Echo des GRANDS FONDS  » Aussi, il va commencer à écrire ses souvenirs, des anecdotes, des aventures qu’il a vécues au milieu d’une époque ou fourmillent des personnages prestigieux, qui souvent sont devenus ses amis…
Pour terminer en beauté, il va créer à Sanary, dans le VAR le Musée de la Plongée dédié à Frédéric DUMAS. IL va y rencontrer un personnage atypique, qui va devenir le Président dynamique de ce Musée, Pierre Yves LE BIGOT, pilote du sous-marin qui est descendu sur le TITANIC.
Ils vont devenir une paire d’amis, qu’une jeune et jolie journaliste de la presse locale appellera  » …les FOUS de mer … » Le Musée Frédéric DUMAS, mis en place, internationalement connu, ils ne se représenteront pas, au bout de six années pour un troisième mandat, laissant la place à des plus jeunes. Pierre Yves LE BIGOT et Gérard LORIDON sont maintenant, respectivement Président et Vice-Président Honoraires de l’Association du Musée Frédéric DUMAS.
Gérard LORIDON et son épouse Dany se sont retirés dans leur Mazet Cévenol, où elle peint et lui écrit ses souvenirs….quand, ils ne sont pas, sac au dos, accompagnés de leur cocker NIAGO, en randonnée dans le Massif de l’AIGOUAL.
Devenu, l’un des premiers, SCAPHANDRIER de GALERNE, il a donc retrouvé celui qui lui a fait découvrir, ce qu’un autre de leurs amis appelait le  » Merveilleux Royaume « . En contact presque journalier avec son ami André, il continue à se passionner tous les deux, sur le site créé par GALERNE  » http://www.archivesmaritimes.com  » et au sein de Scaph’50, l’Association des Pionniers de la Plongée Professionnelle.
 Blog de Gérard LORIDON

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s