Martinique, au pied de la Montagne Pelée…de Henri ESKENAZI

 « Si la Martinique est une jolie fille, c’est un diamant qui brille à son nombril et une perle qui luit sur son front. »

Unknown-2

Le soleil se lève derrière les pitons du Carbet alors que les premiers pêcheurs quittent la côte déchirée de Saint-Pierre. Direction le large. Ici, les touristes se font rares en même temps que la végétation se densifie. Des grappes de verdure plongent dans la mer du haut des falaises abruptes. Le sable noir signe cette région, ô combien malmenée du temps mais restée authentique par ses traditions qui émanent des villages entre deux collines de jungle. Le cri strident des insectes de la nuit laisse la place au chant mélodieux de quelques oiseaux tropicaux.

Aujourd’hui, c’est jour de marché à Saint-Pierre, l’une des plus belles villes de la Martinique. Cette ancienne capitale fut détruite le 8 mai 1912 par la plus violente éruption de la Montagne Pelée dont elle porte encore les cicatrices. Je déambule ici entre les superbes maisons coloniales et les ruines calcinées qui offrent un spectacle presque irréel

Heureusement, la vie a repris ses droits : à terre, à travers l’âme des Martiniquais qui prolongent leur histoire dans cette végétation luxuriante et sous l’eau, parmi les multiples épaves silencieuses. Mais ici, il n’y a pas que les vestiges du passé. Il y a aussi et surtout les habitants de l’eau. On a l’impression, pourvu que ce soit vrai, que les poissons, eux, ne meurent jamais, qu’ils sont les témoins immuables du passage des hommes sur notre belle planète, de leurs souffrances et de leur bêtise, du meilleur comme du pire. Là, deux demoiselles frayent entre les gorgones pendant que, tout près, quelques sergents-majors défendent ardemment leurs minuscules œufs violets qui tapissent ce fragment d’épave. Un minuscule poisson téméraire me mordille le mollet alors qu’un beau barracuda, noble et fier, dévisage ma compagne Alexandra. Sont-ce ses longs cheveux blonds qui l’attire ou les multiples gorettes, ou grogneurs, et mombins, ou soldats, qui l’entourent ?

HE-MA1_0951

Ici, sur cette île aux mille visages, les eaux originelles, qu’elles soient marines ou douces, brassées par les océans ou tombées des rivières en cascades majestueuses, représentent le berceau de la vie ici-bas.

Nous sommes en présence des sources de renouveau, de beauté et de bien-être à la fois, en un véritable concentré de nature, d’équilibre et de pureté. C’est dit !

A peine arrivé ici, nous nous sentons déjà en vacances. Le ciel est bleu, le soleil et les fleurs nous sourient… Ce sont les Antillais qui ouvrent leurs bras. Nous nous offrons sans effort, une escale de douceur et de chaleur, en ce début d’hiver froid en métropole, au cœur d’une nature généreuse et presque virginale. Un pays au climat privilégié, qui sait apaiser les tempéraments nerveux, mais qui n’est pas pour autant synonyme d’inactivité, car les sollicitations sont nombreuses ici : balades dans la jungle, découverte du volcan, flânerie dans les échoppes typiques ou visites dans les nombreuses rhumeries dont le nectar est si apprécié !

Mais il y a aussi les sports nautiques tel que la voile ou la plongée. Ici, le nord caraïbe se fait tour à tour bénéfique dans les bienfaits qu’ils prodiguent et ludiques dans les découvertes qu’il suggère.

Dans ce voyage, il y a toujours une ambiance inédite, un site beau à couper le souffle et la chaleur des liens qui s’y tissent. Tout est propice à apprécier des histoires diverses. Ici, dans le nord de la Martinique, nous nous plaisons à raconter ces plaisirs qui prolongent l’enchantement de nos plongées. Autour d’un planteur. Il est vrai que le rhum (à consommer avec modération…) prolonge cette envie de partager une passion commune. Tous les plongeurs sont émerveillés par les richesses de ce nouveau monde qu’ils découvrent : être un Christophe Colomb ou un Vasco de Gama, quotidiennement. Un Tintin ou un Falco, avec toujours les yeux naïfs d’un enfant.

HE-MA1_1328

Le « Tombant des Anges », la « Perle », « Rivière Claire », « Kay Potyo », autant de noms évocateurs de plaisirs. Ces lieux recèlent mille trésors tels les grondins, les demoiselles, les gorettes, les sardes gris, les platax ou les poissons anges.

Je ne compte plus les nudibranches ou les crevettes minuscules qui habitent les anémones et les bouches béantes des murènes.

Quatre tortues imbriquées, par ci et dix seiches en rang serré, par là : simple observation animalière ou véritable communion avec la nature ?

Mes propres bulles qui s’élèvent au-dessus me rappellent que je ne suis pas ailleurs que sous l’eau. Encore que ? Quelquefois je m’interroge… A certains moments, très brefs, ne serais-je pas déjà dans un autre monde ? Loin des guerres et simplement.

Et, le sourire de cette jolie jeune fille, juste après son baptême, le masque encore sur le front, me renvoie trente ans en arrière. Emerveillement.

Envoûtement aussi lors de la découverte des plus beaux contours de la côte nord de la Martinique, aux paysages montagneux ou maritimes, ponctués de maisons créoles parmi les plantes et les fleurs sauvages. Parce que l’atmosphère d’un séjour est faite de petits riens très personnels, il faut ici, peut-être plus qu’ailleurs, écarquiller ses yeux, tendre ses oreilles pour s’imprégner de l’ambiance intimiste qui évoque lentement les charmes de destination. Le sud de la Martinique se reçoit alors que le nord se recherche. Il se découvre comme un beau livre, page après page, lentement. Les opportunités de varier les plaisirs sont multiples. La nature est crescendo, des randonnées thématiques à la découverte de la faune, de la flore ou du patrimoine, aux ballades sous-marines permettant l’approche de nombreuses espèces : mérous, bourses, carangues, diodons, tétrodons, rougets, papillons, cardinaux ou capitaines. Tous s’ébattent dans une atmosphère sereine avec peu de courant, parmi les gorgones, éponges et anémones : décor classique des Antilles où les pensées s’apaisent.

HE-MAR_0398

Surtout, au lieu-dit « La Citadelle », le top du top de la région, à mon goût. Ici, est représenté toute la faune caraïbe, un peu au nord du village du Prêcheur, à deux pas de la route. Cet endroit magnifique offre, sur le même site très étendu, trois plongées différentes pour les baptêmes, les niveaux intermédiaires et confirmés entre six et cinquante mètres. Les débutants évoluent au milieu de nombreuses roches très riches en couleur et en vie, à travers de véritables forêts de gorgones arborescentes. Plus bas, il y a une zone médiane sur un plateau corallien, puis une zone plus profonde sur deux marches verticales d’une dizaine de mètres, l’une est-ouest et l’autre nord-sud.

HE-MAR_9968

Il paraît que cette zone est souvent exposée à un fort courant mais, je n’y ai pas eu droit : gagné !

A propos des poissons, on rencontre de nombreux labres au milieu des gorgones peu profondes alors que des espèces coralliennes variées territoriales, errantes ou grégaires se trouvent plutôt dans la zone médiane. Dans la zone profonde, il y a de fortes entrées pélagiques avec des carangues, des sardes à queue jaune et quelques mérous imposants. Ici, mes appareils photographiques n’ont pas chômé et c’est tant mieux. C’est sans compter également sur tous les sujets macro que je ne me lasse pas d’épier.

Des vers de feu enlacés aux  minuscules crevettes ou crabes dans et sous les anémones en passant par les nudibranches, les détails d’éponges, les yeux et les dents des poissons tels les mérous ou les poissons-lézards. Je ne néglige pas un portrait de tortues de temps en temps, quand elles le veulent bien. Et elles acceptent souvent ce contact pour peu qu’on ne fasse preuve d’aucune violence  dans nos gestes. Approche lente et discrète au rythme de la légère houle  berceuse.  Face-à-face plein d’émotions. Arrêt sur image. Stop !

Ainsi, je ne plonge plus pour voir. Maintenant, je ressens avant tout. Ici ou ailleurs mon être peut vibrer d’images simples, pourvu qu’elles soient belles et authentiques. Quand ma respiration ralentit au point que je m’oublie, alors là et là seulement je suis comblé.

HE-Montagne Pelée

Henri Eskenazi

http://www.henrieskenazi.fr

 Retrouvez toutes les infos pratiques sur le site de l’office de tourisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s