Parcs nationaux de France : Port-Cros dans le Var

Au large des côtes varoises le Parc national de Port-Cros, premier parc marin en France, offre aux visiteurs une aventure insulaire hors du commun à travers ses paysages terrestres et marins.

Créé en 1963, le Parc national de Port-Cros, est le pionnier des parcs marins en Europe. Au-delà de son caractère archipélagique, sa particularité tient au fait qu’à son premier cœur, l’île de Port-Cros, a été ajouté en 2012 un second cœur constitué par l’île de Porquerolles, la plus habitée des îles d’Or. Face à la corniche des maures, une troisième île, celle du Levant, réussit quant à elle la prouesse d’être tout à la fois une base militaire, une destination naturiste (domaine d’Héliopolis) et enfin, une luxuriante réserve naturelle d’une vingtaine d’hectares appelée le « Domaine des Arbousiers ». 

Outre de nombreux vestiges romains et les épaves observables dans leurs fonds marins, ces îles portent les marques d’un long passé militaire à travers les nombreux forts construits notamment par Richelieu puis Napoléon. Un patrimoine historique que le parc s’emploie à conserver et valoriser tout en étant résolument tourné vers l’avenir et en s’investissant dans de nombreux projets afin de préserver ces écrins de nature pour le futur. Il en est ainsi de la charte de plongée mise en place pour la première fois dans l’Hexagone en 1994, mais également de son rôle d’animateur du sanctuaire Pelagos, fruit d’un accord entre la France, la principauté de Monaco et l’Italie qui vise à protéger les mammifères marins. 

Le parc, véritable laboratoire scientifique à ciel ouvert, administre par ailleurs le Conservatoire Botanique National Méditerranéen dont les vergers et cultures de plantes sauvages sont un joyau pour la recherche agronomique. Un travail de préservation de la biodiversité que le site de Port-Cros entend concilier avec un objectif de développement durable, dans l’esprit de la réforme pour les parcs nationaux engagée depuis 2006 (loi n°2006-436 du 14 avril 2006).

                       Lire l’intégralité de l’article sur le site du Parisien.

cid_e0576f96-85ce-445b-9aa5-5f59964c11cehome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s