L’ancêtre des ordinateurs de plongée. Un article de Gérard LORIDON.

Le Décompressimètre SOS.

Il est le fruit de l’inventeur italien Vittorio de Sanctis qui en prit le brevet au sein de sa société SOS. Ces premiers véritables calculateurs de décompression étaient mécaniques.

img_0190web.jpg

Ils sont apparus, en 1959, avec le décompressimètre S.O.S, appareils entièrement mécanique fonctionnant sur le principe d’une céramique poreuse qui laissait passer le gaz selon les normes retenues dans les tables de décompression de l’US Navy.

Le gaz, contenu dans une vessie étanche, passait, sous l’effet de la pression et au travers de la dite pastille poreuse, puis dans un tube de bourdon, qui se déformant faisait se positionner une aiguille sur un cadran, où des espaces en rouge indiquaient la profondeur des paliers à effectuer.

img_0187web_1.jpg

La proportion de gaz passée dans le tube de Bourdon, comprimant celui-ci, étant proportionnel à la pression exercée sur la vessie, cela permettait une lecture directe sur un cadran gradué, de la saturation. Pour la désaturation lors de la remontée, le gaz prenant le sens inverse faisait revenir l’aiguille vers la zone blanche vous permettant le retour en surface.

Par la suite, tous les différents modèles de décompressimètre utilisèrent ce brevet, comme on peut voir ci-dessous avec un modèle Beuchat et un Scubapro.

10. Decompress Beuchat.jpg

deco-sos.jpg

J’ai souvent utilisé ce matériel. Tout d’abord, j’en ai acheté un lot chez mon ami Georges Beuchat à Marseille pour les plongeurs de mon entreprise.

Il est évident que soumis aux aléas brutaux de la profession, nous avions beaucoup d’engins en panne. Je les envoyais chez mon fournisseur et ami, qui m’en remettait des neufs à la place, sans paiement supplémentaire.

img_0177web_1.jpg

Par la suite plongeant souvent en Corse, je fis connaissance avec des corailleurs, qui eux carrément en portaient deux.

Il faut croire que cet appareil, unique en son genre, d’une praticité étonnante, nous donnait satisfaction.

Il fut souvent décrié…par ceux qui refusaient de l’utiliser.

Il fallut les ordinateurs de plongée modernes pour le voir disparaître.

Lire l’intégralité de l’article sur le blog de Gérard LORIDON en cliquant sur le lien

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s