Trésor antique: une épave pourrait cacher des statues inestimables

bronze-statue-grecque-antikythera-archeologie_5956334

Des archéologues-plongeurs équipés de détecteurs de métaux ont récupéré le bras d’une statue grecque en bronze sur le site de l’épave d’Anticythère. Ils espèrent trouver plus.

L’épave d’Anticythère pourrait abriter de nombreux trésors antiques. Et probablement quelques statues grecque en bronze, inestimables, âgées de 2100 ans. Ce sont les conclusions d’une équipe d’archéologues du ministère de la Culture grecque et de l’Université suédoise de Lund, qui se sont armés de détecteurs de métaux pour explorer l’épave sous-marine, quelque part à 50 mètres sous la mer au large de l’île d’Anticythère, du 4 au 20 septembre.

Leur épopée scientifique les a menés à la découverte de plusieurs vestiges, cachés sous des rochers d’une zone du site encore inexplorée. Parmi eux, le couvercle d’un sarcophage, un mystérieux disque de bronze orné d’un taureau gravé, et un bras à taille humaine ayant appartenu, jadis, à une statue en bronze, rapporte The Guardian. Une expédition détaillée dans Retour à Anticythère, un documentaire de 10 min:

 

Plus excitant encore, les plongeurs ont découvert, grâce à leurs détecteurs, une immense cache à métaux enterrée et qui contiendrait « au moins sept statues », selon Alexandros Sotiriou, l’un des plongeurs, interrogé par le Guardian.

Pourquoi « au moins sept »? Parce les pêcheurs d’éponges qui ont découvert l’épave en 1900-1901 avaient déjà récupéré les membres orphelins d’au moins six statues différentes. Le dernier bras retrouvé par les archéologues appartient à une septième statue. La fameuse cache pourrait donc abriter les sept « corps » amputés.

Capture d'écran du documentaire "Retour à Anticythère" retraçant l'expédition archéologique sous-marine de la fameuse épave grecque.

Capture d’écran du documentaire « Retour à Anticythère » retraçant l’expédition archéologique sous-marine de la fameuse épave grecque.

Youtube/Anticythère/Brett Seymour/EUA/ARGO

Si ces statues étaient récupérées, ce serait une découverte « inestimable », affirment les chercheurs. Et pour cause, les statues de bronze sont très rares. Il en existe probablement moins de 200 dans le monde, même en comptant celles ayant un corps sans tête, ou une tête sans corps.

Une rareté qui s’explique par le fait que bronze était, dans l’antiquité et jusqu’au moyen-âge, un métal très précieux. Les statues de bronze, et plus généralement les objets en bronze, étaient souvent fondus et réutilisés. C’est la raison pour laquelle la plupart des statues qui ont survécu à cette intense industrie de recyclage ont été retrouvées en mer, dans des épaves.

L’une des 200 « survivantes », l’Éphèbe d’Anticythère, a d’ailleurs été récupérée sur l’épave en 1901 avant d’être assemblée, au complet, l’année d’après.

« Ce sera comme ouvrir la tombe de Toutânkhamon.. »

 

Lire l’intégralité de l’article sur le site l’Express en cliquant sur le lien

 

 

ff8072bcf9b6e418938769b187ece276_logoTSM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s