TRAVAUX SOUS-MARINS : LE « FLIPPER » RENFLOUÉ

Le bateau de pêche a été remis à flot et remorqué dans la foulée jusqu’au plateau nautique, près du Musée maritime.

 

Soulagement, lundi en début d’après-midi, pour Pascal Henaf, une fois que l’opération de renflouement de son bateau de pêche le « Flipper » a été effectuée dans le bassin de Chef-de-Baie.

Le bateau de bois de 12 mètres, construit en 1982 dans un chantier marennais, avait, le matin de mercredi dernier, coulé sans crier gare à hauteur du ponton 15. Seules les antennes dépassaient de la surface de l’eau.

quatre-structures-gonflables-ont-permis-de-remonter-le-flipper.jpg

Cette situation n’avait pas évolué lundi matin lorsque la société rochelaise de travaux subaquatiques Le Scaphandre est intervenue.

 À 9 heures, le dispositif de l’opération était calé à bord de l’ « Atoll II », le bateau atelier de la société d’intervention avec une équipe de cinq scaphandriers. Les sapeurs-pompiers rochelais spécialisés avaient, afin de contrer toute pollution, été envoyés sur le site. Un équipement de circonstance avait été déployé.

Un peu plus loin, la grue de la société Mediaco, dont un établissement se trouve à Périgny, était presque fin prête pour l’opération de levage alors que le scaphandrier du Scaphandre terminait le positionnement des quatre structures gonflables jaunes qui devaient remonter le « Flipper ». Elles s’avéraient tout à fait suffisantes.

Opération de pompage

Suivait le remorquage du bateau de pêche par l’ « Atoll II » au pied du quai où se trouvait la grue. La phase de pompage fut efficace et terminée à 14 h 30. Le bateau de pêche est à flot. La barge du Scaphandre remorquait alors le « Flipper » jusqu’au plateau nautique, près du Musée maritime. À 16 h 30, la sortie de l’eau du bateau de pêche clôturait une opération dont on estime qu’elle se chiffre à environ 10 000 euros. Un coût qui est du ressort de l’assurance souscrite par Pascal Henaf, propriétaire du « Flipper » depuis 2002.

 Problème mécanique

« Ce qu’on peut dire, c’est qu’il s’agit d’un problème mécanique. Des expertises sont en cours », indique-t-il. Et regrette ne pas être en capacité de faire, le 6 novembre, l’ouverture de la campagne à la coquille saint-jacques dans les pertuis d’Antioche et breton. Une pêche qu’il effectue avec équipage alors qu’autrement, il est seul à bord.

Depuis le début de l’année, la société Le Scaphandre a procédé à huit renflouements, à La Rochelle et l’île de Ré, dont sept de bateaux de plaisance.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Sudouest.fr

Plus d’informations sur Le Scaphandre ici

 

 

1df7a153899ba434a085161ad9fff73f_logopro.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s