DES PLONGEURS ET UN GIGANTESQUE REQUIN BLANC..

591e074_UGC01_USA-ANIMALS-_0117_11.jpg

Les images sont impressionnantes.

 Des plongeurs ont réussi à nager avec un gigantesque requin blanc, parmi les plus grands jamais signalés, au large des côtes d’Hawaï.

La femelle de quelque six mètres de long – qui porte des marques similaires à Deep Blue, l’un des plus grands requins blancs recensés – est apparue, mardi 15 janvier, pour se joindre à d’autres squales en train de se repaître d’une carcasse de cachalot flottant près de l’île d’Oahu.

« On a vu quelques (requins-tigres) et elle est arrivée, et tous les autres requins se sont éparpillés. C’est alors qu’elle a commencé à se frotter contre le bateau », a relaté Ocean Ramsey, l’une des plongeuses, au journal Honolulu Star Adviser.

Un comportement « irresponsable »

Les images sont impressionnantes, mais à quel prix ? Très vite, des scientifiques ayant vu circuler les nombreuses photos et selfies avec le requin se sont indignés des pratiques des plongeurs.

Pour M. Domeier, Ocean Ramsey n’a pas été mise en danger uniquement parce que le requin venait de se nourrir et « n’avait plus très faim ». Il a, par ailleurs, souligné que le fait de toucher un requin remettait en question l’éthique de la plongeuse.

Largement critiquée par la communauté scientifique, Mme Ramsey s’est justifiée jeudi dans un nouveau message sur Instagram. Elle explique travailler quotidiennement auprès des requins depuis plus de quinze ans :

« Avertissement : Je décourage fortement les gens de sauter délibérément dans l’eau avec de grands requins blancs ou des requins-tigres ou n’importe quel grand requin comme un requin bouledogue ou un requin des Galapagos. Même les plus petits requins sont des prédateurs méritant le respect, mais ils ne sont pas les monstres sans cerveau qui sont décrits dans les médias. »

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Lemonde.fr

 

 

annuaire-plongecc81e.jpg

2 commentaires

  1. Un jour, il y en aura un ou une qui se fera bouffer : Après ils y réfléchiront à deux fois, car si ce ne sont pas des monstres assoiffés de sang ce sont des prédateurs qui peuvent avoir faim s’il ne trouve pas de quoi se nourrir suite à la surpêche. Ce ne sont pas des avis scientifiques distingués de ma part, mais les conseils de méfiance d’un vieux scap)handrier qui à débuté à 20 ans en 1953 et qui est toujours vivant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s