INCROYABLE EXPÉDITION DANS LES ABYSSES DE LA MÉDITERRANÉE

Quatre plongeurs vont explorer pendant un mois la vie des grands fonds de la Grande Bleue. Une mission totalement inédite. On vous explique pourquoi.

8092164_851efad2-8cf8-11e9-bbff-c99f3d6f01c6-1_1000x625.jpg

À la poursuite des requins gris en Polynésie française, découvreur du cœlacanthe, une espèce de poissons vieille de 350 millions d’années en Afrique du Sud ou en mode exploration des grands fonds de l’Antarctique, Laurent Ballesta a l’habitude des plongées aux quatre coins de la planète. « Cette fois, c’est l’expédition la plus proche. On plongera à quelques coudées de Nice. Mais c’est aussi la plus ambitieuse », s’enthousiasme-t-il à quelques semaines de son départ, prévu le 1er juillet.

Voilà dix-huit ans que cet aventurier, biologiste marin, photographe, plongeur d’exception, projette cette expédition. « Il s’agit d’une première mondiale et je pèse mes mots », insiste-t-il, avec son accent de Montpellier. S’il a fallu autant de temps pour concrétiser ce projet, c’est que Planète Méditerranée est un sommet de technicité. Quatre plongeurs vont passer près d’un mois dans une minuscule capsule de 5 m² remorquée au-dessus des points d’intérêts : forêt de corail noir, site de rejets des eaux usées, sous-marin de la Seconde Guerre mondiale…

20f6091a-8cfd-11e9-bbff-c99f3d6f01c6_1.jpg

Le Dispositif

La grande innovation est que la station sera maintenue à une pression treize fois supérieure à celle de surface, ce qui permettra ensuite aux explorateurs sous-marins de rester des heures jusqu’à 120 m de fond. Alors que jusque-là, dans ces abysses, on ne pouvait prévoir que de brèves incursions suivies de lentes remontées de trois, quatre, cinq heures pour décompresser.

f4cf45ae-8cfc-11e9-bbff-c99f3d6f01c6_1.jpg

Mariage entre la plongée industrielle et sportive

« A de telles profondeurs, nous biologistes marins, étions l’équivalent de zoologues qui exploreraient la forêt amazonienne à raison de dix minutes par-ci, dix minutes par-là, souligne Laurent Ballesta. Et avec une trompette ! Parce que les plongeurs, avec leurs bouteilles, font un beau raffut sous l’eau. » Les scaphandres qu’utiliseront les membres de Planète Méditerranée ne rejettent pas de bulles.

Ses longues excursions sous les flots seront en fait permises par le mariage de deux disciplines ennemies : la plongée industrielle d’une part, celle des forages offshore qui permet à des ouvriers de descendre à des profondeurs insensées mais tenus par le cordon de leur scaphandre avec une latitude de mouvement très limitée ; d’autre part, la plongée sportive, qui offre la liberté d’évoluer.

0fcf0104-8cf9-11e9-bbff-c99f3d6f01c6_1.jpg

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Leparisien.fr

 

annuaire-plongecc81e.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s